DES RESSOURCES PEDAGOGIQUES POUR ENSEIGNER LES THEMES DE LA DEFENSE ET DE LA MEMOIRE
Article mis en ligne le 8 novembre 2021

par Véronique Julien

• Le film « Lutte contre les discriminations » :
http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/sites/default/files/2021-07/Lutte%20contre%20haine%20et%20prejuge_ST.marianne%20130721_1280x720_2Mb.mp4

Réalisé dans le cadre de l’action nationale de lutte contre les discriminations, pilotée par la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), ce film, d’une durée de 6 minutes environ, propose des portraits de résistants, hommes et femmes engagés dans la lutte contre l’Occupant, et évoque explicitement l’action des Justes, civils engagés dans la protection des Juifs. Il associe surtout cette évocation historique aux réflexions actuelles de jeunes collégiens. Ceux-ci s’interrogent sur l’engagement que chacun peut avoir pour lutter contre les discriminations et expliquent pourquoi ils se sentent concernés par cet enjeu. Le film, très concret, a ainsi une forte dimension pédagogique et développe une approche innovante de cette question mémorielle.

• Le film « Compagnons de la Libération » :
http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/sites/default/files/2021-03/Compagnons_de_la_Liberation.mp4

Diffusé au lendemain de la disparition du dernier Compagnon, ce film de 10 mn permet de comprendre le contexte et le contenu de l’engagement des compagnons de l’Ordre de la Libération, dans toute leur diversité, ainsi que l’importance de la mémoire liée à cette histoire. Il constitue à cet égard un véritable outil pédagogique.

• Le film « Harkis » :
http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/sites/default/files/2021-09/2009_Commemo%20Harkis_MASTER_CAR%20REGIE_STT_1920x1080_4Mb.mp4

Ce film de 14 mn porte sur l’engagement des Harkis. Il est nourri d’images d’archives, d’interventions d’historien et de paroles de témoins. Il contextualise l’engagement des supplétifs dans le temps, en aborde les différentes motivations et illustre sa réalité. Il s’intéresse également aux lendemains du conflit et au devenir des anciens combattants, entre exil et abandon, prolongeant son propos au-delà de 1962. Il ouvre enfin sur les reconnaissances et pratiques commémoratives actuelles.